Le top des tendances crypto pour 2020

Maria Woncisz
Retour vers le Blog


12 minute(s) de lecture

12 JAN 2020 • Lecture 10 minutes

L'année a été décevante pour les fans de Blade Runner, les voitures volantes et les réplicants promis dans l'épopée de science-fiction ont manqué à l’appel. Il y a eu, cependant, pas mal d'autres avancées technologiques pour nous tenir en haleine - en particulier dans le développement et l'adoption des cryptomonnaies.

 

2019 a été une grande année pour la crypto. Le Libra de Facebook a dominé la conversation, mais il y a eu beaucoup de développements ailleurs, comme dans les gouvernements, les start-ups, les acteurs mondiaux établis et tous les autres ont fait des émules dans l’industrie.

 

Alors, qu'est-ce que nous apportera 2020 ? L'équipe de Luno et moi-même avons jeté un coup d'œil aux événements de l'année dernière et à ce qui va suivre pour faire nos meilleurs pronostiques sur ce qui est à venir. 

Le halving du Bitcoin fait exploser la demande ?

 

Le halving du Bitcoin est un événement récurrent qui réduit de moitié le nombre de Bitcoins récompensés aux mineurs. Ils sont programmés pour avoir lieu une fois tous les 210 000 blocs, environ tous les quatre ans, jusqu'en 2140, date à laquelle on estime que les 21 millions de bitcoins auront été exploités. Ces quatre années sont maintenant presque écoulées, le prochain halving devant avoir lieu en mai 2020.

 

Ce halving fera passer les récompenses de bloc de 12,5 à 6,25 Bitcoins. Les experts estiment que cela augmente la demande de cryptomonnaie en restreignant davantage l'offre. En outre, la difficulté augmente, de sorte que les mineurs doivent dépenser plus pour extraire chaque Bitcoin, ce qui signifie qu'ils doivent augmenter les prix pour que le jeu en vaille la chandelle. Et l'expérience passée suggère que ce phénomène est vrai, avec le dernier halving de Bitcoin de juillet 2016 précédant l'épique Bull Run de 2017.

 

Cependant, le secteur des cryptomonnaies a mûri depuis, l'industrie financière traditionnelle et certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde s'intéressent au Bitcoin. Cela rend ce halving plus imprévisible que jamais, sans garantie qu'il y aura une autre hausse comme en 2017.

 

Elle pourrait également avoir un impact sur un certain nombre d'autres points. Si nous assistons à un nouveau bull run, assisterons-nous à une nouvelle saison d'altcoin ? Quel serait l'impact sur les trois premières cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum et Ripple) ? Y aura-t-il de nouveaux acteurs ?

 

Hausse de l’adoption de la part des commerçants

 

Une accusation portée depuis longtemps contre Bitcoin et d'autres cryptomonnaies est le manque de possibilité de les utiliser réellement. Tout au long de l'année 2019, nous avons assisté à un changement rapide, avec de nouvelles startups telles que Flexa, qui a introduit des plateformes de crypto-paiement sophistiquées pour les détaillants. Plus important encore, il y avait un large éventail de détaillants, petits et grands, désireux d'intégrer leurs services. Parmi eux figuraient Whole Foods Market, Office Depot et Nordstrom, pour n'en citer que quelques-uns.

 

En 2020, nous prévoyons que cette tendance se poursuivra. Starbucks, par exemple, a annoncé l'intégration du service de crypto-paiement de Bakkt au cours du premier semestre 2020. Starbucks possède près de 30 000 points de vente dans le monde entier. Un acteur aussi important qui intègre Bitcoin va-t-il motiver d'autres détaillants à se lancer dans ce processus ?

 

Les acteurs financiers traditionnels vont ajouter la crypto comme option d'investissement

 

L'essor de la FinTech et des banques challenger a été rapide ces dernières années. Elles évoluent rapidement, opèrent dans un esprit numérique et savent ce que veulent les consommateurs. Elles ont ainsi été les premières à proposer de la crypto en tant que classe d'actifs, des sociétés comme Revolut l'ayant intégrée à leur plateforme depuis 2017. Mais 2020 pourrait-elle être l'année où les acteurs plus traditionnels rattrapent leur retard ?

 

Le secteur bancaire évolue aujourd'hui plus rapidement que jamais, et la nécessité d'innover et de se démarquer de la concurrence est vitale. Les banques sont toujours à la recherche de sources de revenus supplémentaires. Compte tenu de ces facteurs et de la demande évidente de crypto en tant qu'investissement, il est logique que nous commencions à voir des banques plus traditionnelles et d'autres acteurs financiers plus traditionnels proposer la crypto comme une opportunité d'investissement à leurs clients.

 

Le fait que la demande de crypto soit si élevée parmi les insaisissables et populaires milléniaux (25-39 ans) devrait particulièrement intéresser les banques. La société de gestion d'investissements, Charles Schwab, a récemment indiqué qu'au troisième trimestre de cette année, les milléniaux ont investi davantage dans le Bitcoin que dans les actions de sociétés comme Disney ou Netflix.

 

Accélération des efforts de réglementations...

 

Avec la maturation rapide du monde de la crypto, les régulateurs du monde entier accélèrent déjà leurs efforts. Cette intensification du rythme a été évidente tout au long de 2019, probablement motivée par l'entrée de Facebook dans le secteur avec son projet Libra.

 

En 2020, nous espérons que cela se poursuive. Nous verrons également entrer en vigueur un certain nombre de lignes directrices prévues pour l'année prochaine. En octobre, le groupe des nations du G7 a souligné la nécessité d'une réglementation des stablecoins, ce qui implique que des lignes directrices ou des lois pourraient voir le jour l'année prochaine. Le Japon a également adopté en mai un projet de loi qui renforcera ses lois existantes sur les cryptomonnaies, qui entreront en vigueur en avril de l'année prochaine.

 

L'un des principaux développements en matière de réglementation dont il faudra tenir compte l'année prochaine est l'introduction de la 5e directive de l'UE sur la lutte contre le blanchiment de capitaux (5AMLD). Pour les entreprises qui achètent et vendent des actifs en crypto, la 5e directive exigera qu'elles s'enregistrent auprès des autorités nationales de réglementation financière. Cette directive fixe également des exigences minimales pour les procédures de lutte contre le blanchiment d'argent, semblables à celles que nous observons pour les catégories d'actifs traditionnelles.

 

Il est difficile de prévoir les effets précis de ces réglementations sur l'industrie. Il y aura cependant des leçons à tirer des meilleures pratiques en matière de réglementation que d'autres régions pourront imiter en cas de succès.

 

...Et ce sont les marchés émergents qui mène le jeu

 

Il est intéressant de noter que ce sont en fait les marchés émergents, comme la Malaisie, qui ouvrent la voie à la réglementation en matière de crypto - une tendance qui devrait se poursuivre en 2020.

 

D'une certaine manière, cela reflète ce que nous constatons avec la FinTech et les banques traditionnelles. Le besoin d'innover et de se différencier des acteurs financiers plus établis entraîne la nécessité d'un état d'esprit plus progressiste. La relative jeunesse de leur système financier leur procure également un avantage, dans la mesure où ils ne sont pas si fortement liés aux idées et aux méthodes de travail établies.

 

Cette année, la Banque de réserve sud-africaine (SARB) a adopté une approche particulièrement progressiste en matière de réglementation des cryptomonnaies, notamment en réprimant leur utilisation malveillante. La banque devrait annoncer de nouvelles propositions de politique en matière de cryptomonnaie au cours du premier trimestre 2020.

 

Entre-temps, la Commission des valeurs mobilières de Malaisie a approuvé la création et l'exploitation d'une bourse d'actifs numériques par trois entreprises, dont Luno. Elles ont adopté une approche proactive et ont fait preuve d'intelligence dans la réglementation des cryptomonnaies et de leur technologie blockchain sous-jacente, ce qui devrait donner lieu à de nombreuses innovations l'année prochaine. Leur succès pourrait servir de catalyseur à d'autres dans la région.

 

Est-ce que Libra pourra se lancer (avec succès) ?

 

En 2019, les titres concernant les cryptomonnaies étaient dominés par un seul nom : Facebook. Ou, pour être plus précis, Libra.

 

Le projet Libra a attiré l'attention des gouvernements du monde entier, les régulateurs faisaient la queue pour interroger le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, et le PDG de Libra, David Marcus. Malgré les attaques, ils ont persévéré. En octobre, 21 organisations ont officiellement signé la charte de l'Association Libra lors de la réunion inaugurale du projet à Genève - Andreessen Horowitz, Vodafone, et Uber, PayU parmi les nombreux grands noms.

 

Le projet se développe rapidement. Quarante wallets, outils et explorateurs de blocs, plus 1 700 commits GitHub, ont maintenant été construits sur son testnet de la blockchain. Le testnet a vu 51 000 transactions fictives au cours des deux derniers mois et est en bonne voie pour déployer son mainnet en 2020 comme prévu - si les questions réglementaires le permettent.

 

Libra prévoit d'inscrire 80 membres supplémentaires au projet, ce qui pourrait avoir un impact considérable. C'est une question de "quand" plutôt que de "si". Nous serons aux aguets.

 

L’asie se rapproche des cryptos

 

Le dernier trimestre de 2019 était centré sur l'Asie. Nous avons vu la Malaisie accueillir à nouveau des sociétés de crypto dans la région (dont Luno), tout comme la Corée du Sud et la Thaïlande qui ont commencé à mettre en place une nouvelle réglementation qui devrait ouvrir la voie au progrès pour la crypto.

 

Mais c'est la Chine qui a vraiment fait la une des journaux, le gouvernement semblant s'ouvrir à l'idée de la technologie blockchain - si ce n'est pas à proprement parler la cryptomonnaie elle-même. Tout d'abord, le président Xi a noté dans un discours que "nous devons considérer la blockchain comme une innovation technologique fondamentale indépendante". Les censeurs chinois ont alors commencé à supprimer les messages en ligne en prétendant que la technologie blockchain est une escroquerie et en autorisant les messages promotionnels. Avec les rumeurs qui circulent sur le fait que le pays cherche à introduire sa propre monnaie numérique, 2020 pourrait voir la Chine faire de grands pas dans ce domaine.

 

L'Inde est un autre géant du marché, jusqu'à présent encore plus prudent que la Chine . Cependant, eux aussi semblent se rendre compte de ses avantages. En novembre, Sanjay Dhotre, ministre d'État pour l'électronique et les technologies de l'information au sein du gouvernement indien, a déclaré qu'un "cadre légal pour la blockchain au niveau national est en cours de préparation", compte tenu du potentiel de cette technologie et des différents cas d'utilisation. Le ministre a ajouté que la blockchain est "un domaine de recherche important", avec des applications potentielles dans des secteurs tels que la gouvernance, la banque, la finance et la cybersécurité.

 

Pour replacer les choses dans leur contexte, la Reserve Bank of India, la banque centrale du pays, a lancé en avril 2018 une vaste opération de répression du commerce et de l'achat de cryptomonnaies telles que le Bitcoin à l'intérieur de ses frontières. Le vice-gouverneur de la RBI, Bibhu Kanungo, a déclaré que toutes les entités réglementées par la RBI devaient "cesser immédiatement les relations commerciales avec des entités traitant des devises virtuelles et dénouer les relations existantes dans un délai de trois mois".

 

Cela va-t-il prendre fin ? Cela suscitera-t-il la confiance d'autres acteurs pour qu'ils s'installent l'année prochaine ? Est-ce une indication que les attitudes dans le pays changent ?

 

Ça passe ou ça casse pour les projets d’ICO

 

Le boom des ICO de 2017 a vu des start-ups de toutes tailles toucher le jackpot. Cependant, le nombre de celles qui sont encore solvables diminue rapidement. L'espace ressemble de plus en plus à un cimetière d'éléphants rempli de belles idées et de whitepapers tape-à-l'œil - et 2019 a été une autre année de retard et de consternation.

 

Sur le front des retards, Filecoin (l'une des cinq plus grandes ICO de 2017) devait lancer son testnet au printemps 2019, et son mainnet avant la fin de l'année. Ce lancement est maintenant prévu pour le premier trimestre de l'année prochaine. Hdac, une autre de ces cinq plus grandes ICO de 2017, prévoit également de démarrer l'année prochaine, ayant manqué la deadline de 2019. Autre membre de ce top 5, Sirin Labs a réussi à se lancer cette année, mais a fini par licencier 25 % de son personnel après les ventes décevantes de son smartphone Finney.

 

Cependant, tous les yeux seront à nouveau rivés sur Telegram, car la plateforme de messagerie semble tenir la promesse de son ICO de 1,7 milliard de dollars pour 2018. Sans doute le projet le plus intéressant et certainement le plus ambitieux en matière d'ICO, Telegram a rencontré un certain nombre de difficultés de réglementation et fait actuellement l'objet d'une enquête de la SEC, mais prévoit toujours de lancer le projet l'année prochaine.

 

Nous espérons que des projets tels que Telegram, Filecoin et Hdac seront lancés avec succès l'année prochaine, comme prévu. Pour ceux qui disposent de moins de capitaux et qui doivent encore se lancer, 2020 pourrait être une année décisive car leur course commence à battre de l'aile. La blockchain est encore une technologie naissante, et la vie de startup est déjà assez difficile de toute façon, avec des chances de survie qui ne sont pas optimales.

 

Les deux dernières années auraient dû permettre à ces projets de tirer des leçons et de travailler dur pour construire un produit prêt à être commercialisé et à la hauteur de la promesse qui leur a valu l'investissement initial. Ceux qui l'ont fait sont bien placés pour réussir. Pour ceux qui ne l'ont pas fait, l'année prochaine pourrait être la dernière. Nous avons entendu de nombreux experts dans le passé proclamer que la fin est proche pour les ICO, mais est-ce que 2020 sera l'année où cela se produira ? Ou est-ce que quelques gros bonnets qui se lancent serviront de catalyseur pour les autres ?

 

La fin des cryptomonnaies privées – ou le début ?

 

Le public est de plus en plus porté sur l'anonymat en ligne, suite à plusieurs scandales ces dernières années concernant l'utilisation de nos données soi-disant privées. Les révélations de Cambridge Analytica ont révélé que des personnes qui étaient auparavant tout à fait disposées à disperser leurs données sur le web ont réalisé que ce n'était peut-être pas la meilleure approche.

 

Cela a eu un impact dans le domaine de la crypto. Le débat autour des cryptomonnaies privées a connu une croissance rapide tout au long de l'année 2019, avec notamment Monero, Zcash et Dash. Même Litecoin a fait savoir son intention d'intégrer le protocole privé Mimblewimble.

 

Cette popularité croissante attire également l'attention des régulateurs. Alors que les stablecoins étaient le principal sujet de préoccupation des régulateurs en 2019, leur regard se portera probablement sur les cryptomonnaies privées en 2020. Les cryptomonnaies privées sont un concept particulièrement délicat à concilier pour les gouvernements, car elles offrent un niveau d'anonymat que beaucoup sont réticents à accepter. De telles cryptomonnaies peuvent obscurcir les transactions, rendant plus difficile pour les échanges et les dépositaires de se conformer aux nouvelles directives internationales visant à empêcher les financements illicites. Nous voyons déjà des plateformes telles que BitBay et Coinbase laisser tomber les cryptomonnaies privées dans certaines régions pour se conformer aux réglementations locales, et avec l'arrivée de 5AMLD l'année prochaine, cela pourrait encore s'aggraver.

 

Si les cryptomonnaies privées peuvent traverser une période réglementaire délicate, l'avenir pourrait-il être prometteur ? Et d'autres pièces comme Litecoin chercheront-elles à intégrer des protocoles de protection de la vie privée ?

 

Ethereum 2.0 permet de booster la finance décentralisée ?

 

Le très attendu Ethereum 2.0, nom de code Berlin, sera mis en place l'année prochaine. Ethereum 2.0 est destiné à être la dernière mise à niveau du réseau Ethereum et est sur le point de passer son algorithme de consensus de preuve de travail actuel à la preuve d'enjeu, en faisant passer la fonction de validation des blocs des mineurs à des validateurs de réseau dédiés. La première étape de la transition d'Ethereum vers Ethereum 2.0 devrait avoir lieu le 3 janvier 2020.

 

Ethereum abrite plus de la moitié des altcoins, et est en constante évolution depuis son lancement en 2016, mettant en œuvre de nouvelles stratégies et créant de nouvelles possibilités pour ses utilisateurs, allant des applications décentralisées (dApps) aux contrats intelligents. Les avantages en termes d'évolutivité et de vitesse de transaction de la mise à niveau d'Ethereum qui devrait avoir lieu devraient inspirer de plus grands progrès dans tous ces domaines.

 

La finance décentralisée (DeFi), en particulier, pourrait être une véritable aubaine. Ce sous-secteur a déjà connu des gains en 2019, se transformant en un écosystème de 600 millions de dollars. Ethereum 2.0 pourrait susciter de nouveaux modèles financiers intéressants pour l'emprunt et le prêt, de nouveaux mécanismes de staking et des récompenses pourraient voir se former de nouveaux projets de DeFi et voir décoller les projets existants. Cette mise à niveau est très attendue par la communauté. Mais aura-t-elle l'impact que beaucoup espèrent ?

 

Les investissements institutionnels entrent en scène

 

En 2020, nous devrions voir des investisseurs institutionnels - banques, fonds spéculatifs, fonds de pension, dotations, etc. - s'intéresser davantage aux cryptomonnaies, ou du moins au Bitcoin. Ils cherchent de plus en plus à diversifier leurs portefeuilles et disposent enfin de la structure nécessaire pour le faire.

 

Bakkt en est probablement l'exemple le plus populaire. Ils ont démarré lentement lorsqu'ils ont lancé leur bourse à terme Bitcoin en septembre. Depuis lors, ils ont cependant enregistré des gains réguliers, avec un record de 2 469 contrats à terme négociés le 22 novembre. Cette croissance devrait se poursuivre jusqu'en 2020, ce qui pourrait inspirer des projets similaires et inciter les concurrents à proposer un produit similaire. Elle offre également davantage d'options aux investisseurs institutionnels et aux négociants.

 

Brave browser change les modèles de publicité des géants du web

 

La publicité alimente l'Internet moderne, permettant aux sites web et aux créateurs numériques de monétiser leur contenu sans faire payer les utilisateurs. Cependant, les trackers publicitaires ont un impact négatif sur l'expérience des utilisateurs et sur leur vie privée. C'est un problème que les jeunes entreprises de crypto cherchent à résoudre et qui pourrait bien se généraliser en 2020.

 

L'une d'entre elles est le navigateur Brave, qui se concentre de manière presque pathologique sur la vie privée des utilisateurs. Son objectif principal est de s'assurer que les utilisateurs gardent le contrôle de leurs propres données personnelles. Les utilisateurs sont également payés avec le token BAT de l'entreprise pour regarder des publicités. Cela ne présente pas seulement des avantages pour les consommateurs, mais aussi pour les spécialistes du marketing qui constatent des taux de clics bien meilleurs sur leurs publicités.

 

En 2019, Brave a atteint 8 millions d'utilisateurs. Sa popularité augmentant si rapidement, verrons-nous les caractéristiques qui l'ont rendu si populaire adoptées par des moteurs de recherche plus importants et bien établis tels que Google et Yahoo ?

 

Et enfin… combien de fois Bitcoin va-t-il mourir cette année ?

 

Selon la rubrique nécrologique Bitcoin de 99bitcoins, qui documente chaque fois qu'une grande publication de presse déclare que le Bitcoin ou la crypto sont "morts", le Bitcoin est "mort" 378 fois depuis 2010 ! Et pourtant, il est toujours là, vivant et en pleine forme.

 

Combien de fois va-t-il "mourir" en 2020 ? Nous avons choisi un chiffre conservateur de 15.

 

Que pensez-vous qu'il se passera en 2020 ? Pensez-vous que nos prédictions auront du succès ? Les jumeaux Winklevoss vont-ils continuer leur quête pour acheter toutes les startups de crypto gérées par des jumeaux ? Les STO vont-elles décoller ? Justin Sun emmènera-t-il enfin Warren Buffet déjeuner ?

 

Faites-le nous savoir sur Twitter.

 

Lectures supplémentaires...

 

La Blockchain est la compétence tech la plus demandée d'après LinkedIn

Ce que crypto Twitter a eu à dire en 2019

Les contrats à terme pour Bitcoin deviennent de plus en plus populaires, mais que sont-il ?

Avatar Maria Woncisz
Auteur

Maria Woncisz

Il n’est jamais trop tard pour commencer

Achetez, stockez et apprenez sur le Bitcoin, l’Ethereum et le XRP dès maintenant

Desktop Icon Apple App Store Logo Google Play Store Logo